Ajax par ici, Ajax par là. Ce terme est très à la mode et est employé un peu partout. Pourtant il ne semble pas faire l’unanimité.

Quand Fred Cavazza écrit Ajax ça craint !, le ton est donné. Et cela montre vraiment l’incertitude ou la confusion qui règne au sein de la communauté des développeurs web quant à l’adoption de cette technologie. D’un côté le Web 2.0 qui dénonce comme étant has been tout ceux qui ne passe pas à Ajax et aux usages qui vont avec, et de l’autre les plus réservés qui s’inquiètent de la portabilité, de l’accessibilité ou de l’effet mode.

Lors d’une première présentation d’Ajax, certains avantages et inconvénients avaient été identifiés. Dans un rôle plus critique, Jakob Nielsen Chris McEvoy dresse une liste plus exhaustive des reproches à faire au sujet de l’utilisation d’Ajax :

  • Une déstabilisation de l’utilisateur lors de la navigation.
  • Une impression difficile des pages.
  • Une recherche et surtout un référencement délicats.
  • Une paternité du contenu perdue.

Autant les deux premiers points sont à relativiser car ils relèvent surtout d’une question d’habitude pour le premier et de maturité des outils pour le second. Autant les deux derniers sont très pertinents. J. Nielsen C. McEvoy met le doigt sur un point essentiel : le référencement du contenu d’un site utilisant Ajax est impossible à l’heure actuelle. Peut-être que les moteurs de recherche s’adapteront à ces nouveaux site. Mais il faut s’interroger sur l’utilité de ce genre de technologie pour un site dont le contenu est la principale valeur ajoutée.

Il semble bien que le tout Ajax ne soit pas une solution viable pour tous les sites… Il est donc à consommer avec modération. 😉