Le monde du développement d’application web a trouvé son buzz word du moment : Ajax.

Encore un autre marque de lessive ?

Ajax[1] est l’acronyme de Asynchronous JavaScript + XML (XML et JavaScript Asynchrone). Ce n’est pas réellement une technologie mais plutôt une recommandation sur l’utilisation de certaines technologies existantes pour améliorer l’ergonomie des applications web.

En approfondissant le sujet, les concepteurs se rendent vite compte qu’il n’y a rien de nouveau dernière cette mouvance[2]. Le but étant de modifier la page web courante à coup de JavaScript, de DOM et de CSS sans recharger la page grâce à la bonne vieille fonction Javascript : XmlHttpRequest.

Le principe d’Ajax[3] est décrit dans cet article de Jesse James Garrett[4], un des fondateurs de Adaptive Path. Ceci étant, cette technique était utilisable déjà depuis plusieurs années. On en reparle aujourd’hui parce que Google l’utilise dans ses nouveaux services. Il est question que cette approche soit intégrée dans la prochaine version de JSF[5].

La révolution est entamée ?

Même si Ajax est très à la mode[6], il n’a pas le profil pour parler de révolution. Il est préférable de considérer Ajax comme une recommandation ou un cas de bonne utilisation de technologies éprouvées depuis longtemps[7].

Au voleur !

Attention, si Ajax est sorti tout droit des cartons du marketing, il ne doit pas être mis aux oubliettes. Pour preuve, consultez les projets qui en fond leur fer de lance tel que Gmail (ou un des autres projets du Google Labs).

Les solutions

Il existe déja quelques solutions toutes prêtes pour mettre en application Ajax :

  • OpenRico est une bibliothèque permettant de créer des applications riches (utilisant le concepte de Ajax).
  • Echo2 découvert sur a19s.com est une autre bibliothèque construite autour de Ajax.

Pourquoi s’en priver ?

  • L’utilisation du JavaScript est toujours délicat selon les butineurs utilisés.
  • En général les frameworks Ajax nécessitent le téléchargement de très gros fichiers Javascript sur le poste client afin de bénéficier de toutes les fonctionnalités de l’interface enrichie.

Go and wash !

Rien qu’en testant les applications conçues sur le principe de Ajax, les utilisateurs seront convaincus du gain en conviviabilité et en ergonomie de ces dernières. Il ne faut donc pas reléguer aux rebuts cette lessive et il est peut-être temps de nettoyer nos interfaces…

Notes

[1] Une description est disponible sur Wikipédia

[2] Pour une lecture critique du phénomène Ajax de Alexis Kauffmann

[3] Fred Cavazza présente la FAQ Ajax

[4] Cet article découvert sur a19s.com présente Ajax plus en détail.

[5] Au programme de JSF 2.0

[6] Comme en témoigne les annonces du type Support d’Ajax dans Ruby on Rails

[7] L’article Ajax : le retour des lessiviers ? présente très bien cette analyse.