Voici une très bonne interprétation des principales règles du marketing de Google.

Jean-François Ruiz propose son interprétation des 7 principes du marketing de Google.

Sa vision est très bonne. En voici un résumé agrémenté de quelques pistes supplémentaires :

  • Results must be trackable : afin de maximiser la productivité de Google, il est nécessaire de connaître au mieux les utilisateurs. Ceci passe à la fois par les outils tels que Urchin et MesureMap mais aussi par la mise en place du compte unique pour tous les services proposés par Google.
  • Data. Not Hypes : il ne faut pas céder à l’engouement général. Les données pré-valent sur la popularité et sur l’effet de mode.
  • Let others speak for you : il ne faut pas perdre son temps à promouvoir un service. Des tierces personnes le feront très bien et seront jugées plus impartiales. La culture du secret est également génératrice de marketing viral…
  • You’re smart and your time matters : il faut aller vite, très vite ! La course à la conquête du web qui se déroule actuellement dans la bataille du Web 2.0 oblige chacun à se concentrer sur la valeur ajoutée. C’est pourquoi la présentation des services de Google reste sobre en général. Bien qu’avec des interfaces telles que celles de Gmail ou Google Reader, un important travail a été fourni sur l’utilisabilité.
  • Big ideas move us : il ne faut pas empêcher la naissance d’une idée aussi farfelue qu’elle puisse paraître. La société affiche vouloir laisser ses employés libres de mettre à exécution leur propres idées. Ceci dans le but de favoriser la créativité des collaborateurs.
  • We’re serious. Except when we’re not : être sérieux sans l’être. C’est l’image que souhaite donner Google. A savoir que les entreprises peuvent faire confiance à la qualité du service rendu. Mais l’entreprise est jeune, dynamique; en un mot : fun[1] !
  • Promote trial : il faut proposer des services non abouti[2]. Dans la course que la société mène avec ses concurrents, il est impératif de proposer mieux ou avant. En général il est plus facile de proposer avant que mieux. Cela rejoint l’idée sur l’invasion des versions beta.

En ajoutant à ces principes les récentes fuites sur la stratégie de Google, force est de constater que la société s’est fortement engagée dans la bataille du Web 2.0.

Notes

[1] Elle est donc beaucoup plus sexy que d’autres grandes compagnies. 😉

[2] De qualité tout de même, sous peine de sévères retours de bâton.